AQEI
Formations|Événements|Devenez MEMBRE AQEI|Liste MEMBRES AQEI PR
AccueilNous joindre

Connectez-vous

Svp, entrez votre courriel et mot de passe

Nom d'usager (courriel) Mot de passe

Pas encore usager?
Mot de passe oublié?

Connectez-vous
 
17 mars 2020

Bulletin spécial AQEI - 17 mars 2020, 15 h

L’AECQ nous demande de vous faire parvenir cette communication.

Les mesures décrétées par les autorités publiques pour freiner la propagation du coronavirus COVID-19 suscitent plusieurs questions quant à la fermeture temporaire des chantiers de construction en activité au Québec.
 

Dans ce contexte, les associations patronales de l’industrie de la construction, regroupées au sein de l’Association des entrepreneurs en construction du Québec (AECQ), souhaitent rappeler qu’aucune décision gouvernementale n’impose à ce jour la mise en œuvre d’une telle mesure. Ainsi, les chantiers demeurent ouverts et les travaux de construction se poursuivent.
 

Cependant, la poursuite des travaux exige que des mesures de base visant à contrôler la propagation du virus soient appliquées dans le contexte particulier des chantiers de construction, en tenant compte des réalités de chacun des secteurs.

Les mesures décrétées par les autorités publiques pour freiner la propagation du coronavirus COVID-19 suscitent plusieurs questions quant à la fermeture temporaire des chantiers de construction en activité au Québec.

Dans ce contexte, les associations patronales de l’industrie de la construction, regroupées au sein de l’Association des entrepreneurs en construction du Québec (AECQ), souhaitent rappeler qu’aucune décision gouvernementale n’impose à ce jour la mise en œuvre d’une telle mesure. Ainsi, les chantiers demeurent ouverts et les travaux de construction se poursuivent.

Cependant, la poursuite des travaux exige que des mesures de base visant à contrôler la propagation du virus soient appliquées dans le contexte particulier des chantiers de construction, en tenant compte des réalités de chacun des secteurs.

Ainsi, les employeurs doivent notamment apporter une attention particulière au lavage des mains. Les salariés doivent avoir accès à des installations sanitaires qui permettent de se laver les mains. L’employeur doit agir de façon diligente, selon les conditions de réalisation des travaux et l’emplacement du chantier, pour permettre que les salariés puissent se laver les mains à l’eau et au savon. Lorsque ce n’est pas possible, l’employeur doit mettre à la disposition des salariés des contenants de solution hydroalcoolique ou des lingettes humides désinfectantes en quantité suffisante. Les roulottes de chantier et aires de repos doivent aussi faire l’objet d’un nettoyage plus fréquent, comprenant la désinfection des endroits les plus susceptibles d’être touchés.

Par ailleurs, les employeurs doivent organiser la progression du travail de manière à éviter la proximité entre les salariés. L’Organisation mondiale de la santé recommande de maintenir une distance d’au moins un mètre.

Finalement, les employeurs doivent prendre des mesures pour éviter que des personnes à risque demeurent sur les lieux du travail. Une personne est à risque si :

  • Elle a voyagé à l’extérieur du pays;
  • Elle croit avoir été en contact avec une personne infectée;
  • Elle présente des symptômes associés à la COVID-19.

Une personne qui répond oui à une de ces questions doit être invitée à suivre le protocole de quarantaine émis par le Directeur de la santé publique du Québec. Une personne mise en quarantaine a droit d’exiger un relevé d’emploi qui atteste de la décision de l’employeur, et qui confirme que celle-ci est fondée sur les mesures de contrôle recommandées par les autorités publiques.

En marge des mesures qui doivent être mises en œuvre sur les chantiers, il apparait opportun de souligner qu’à l’instar des employeurs de tous les secteurs économiques, les employeurs de l’industrie sont invités à faire preuve de flexibilité et de créativité dans l’organisation du travail, notamment par des mesures favorisant la conciliation travail-famille de leurs salariés. De telles pratiques, particulièrement en ce qui concerne les modifications des horaires de travail, doivent cependant respecter l’encadrement prévu à cet égard aux conventions collectives sectorielles.

Liens utiles :

Les associations patronales de l’industrie ont développé des outils pour aider les employeurs à gérer la situation exceptionnelle que nous vivons présentement.

Nous vous invitons à consulter leurs sites pour des informations complémentaires :